point de vue Regio

14 mai 2020 / point de vue Regio Nr. 21

La perméabilité des frontières ne va pas de soi !

La pandémie actuelle montre qu'en Suisse du Nord-Ouest, nous devons nous impliquer encore plus en faveur de la croissance et du développement de la région frontalière trinationale. Toujours selon le même mot d'ordre : en tant que région, notre force réside dans nos actions et notre représentation communes.

Les déplacements sans frontières dans la région des trois pays appartiennent au passé. En effet, dans la lutte contre le coronavirus, des obstacles se dressent désormais sur notre route. Les frontières rétablies à la suite de la pandémie limitent les visites familiales dans les pays voisins et les retrouvailles des couples non mariés. Les lignes de train et de tram connaissent aussi des restrictions. Par exemple, la station Leymen de la ligne 10 n'est plus desservie et la ligne S6 dans le Wiesental ne s'arrête plus à Riehen. La fermeture des frontières est également un facteur de stress pour l'économie et les entreprises. Pour les nombreux habitants de la région des trois pays, cette situation est totalement inédite.

Dans le Rhin supérieur, nos longues années de collaboration réussie portent désormais leurs fruits. Par exemple, les frontalières et frontaliers peuvent continuer à se rendre en Suisse pour travailler et garantissent ainsi le bon fonctionnement des services de santé et des infrastructures essentielles en Suisse du Nord-Ouest. Grâce à des années de coopération et de relations de confiance, des patients alsaciens touchés par le coronavirus ont pu être pris en charge par des établissements de santé suisses et allemands. 

À l'époque pré-romaine, notre région des trois pays ne se limitait pas aux abords du Rhin. Le territoire alémanique s'étendait du sud du Land actuel du Bade-Wurtemberg jusqu'à la France et la Suisse. Avec leurs luttes de pouvoir nationales et leurs annexions de territoires, les deux guerres mondiales ont largement contribué à donner une importance exagérée à la question frontalière. Au cours des 75 dernières années, grâce à une politique ciblée de coopération transfrontalière, la région frontalière entre la Suisse, la France et l'Allemagne est parvenue à mettre en avant les avantages de la situation pour la population et à établir un partenariat de confiance au-delà des frontières. Des institutions et des structures nous permettant de nous adapter directement et en toute flexibilité aux évolutions dans la région frontalière ont vu le jour. Au travers de nombreux projets et initiatives, tels que le Museums-Pass-Musée, les lignes de bus et de tram transfrontalières, les cursus d'enseignement trinationaux ou le centre d'information INFOBEST, la coopération avec les États voisins a été sensiblement et efficacement améliorée. En outre, cette année, nous fêtons le trentième anniversaire du programme de l'UE « Interreg ». La Suisse du Nord-Ouest fait partie de l'aventure depuis le début et a soutenu à ce jour plus de 200 projets d'innovation transfrontaliers.

Dans la région, de nombreuses personnes se sont étonnées de la vitesse à laquelle les frontières peuvent se refermer en situation de crise et de l'incidence que cela peut avoir sur leur quotidien, par exemple avec la limitation de l'accès aux jardins familiaux à la frontière avec la France. Le fait que les transports d'articles médicaux et d'hygiène aient été bloqués à la frontière suisse montre que des mesures doivent être prises au niveau international.

L'annonce par la Conseillère fédérale Keller-Sutter de l'ouverture totale des frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche à compter du 15 juin 2020 me conforte dans l'idée que la situation revient progressivement à la normale et que nous allons parvenir à tirer les leçons requises de ces expériences. Réfléchir et agir au-delà des frontières nationales est non seulement utile, mais véritablement indispensable. Toutefois, après le coronavirus, un effort spécifique sera nécessaire pour nous préparer à relever les défis à venir. Pour cela, il importe d'impliquer la population et la société civile dans la coopération transfrontalière. Le dialogue citoyen et les plates-formes de rencontre doivent être utilisés pour évoquer la situation de la région trinationale et discuter de l'avenir à trois.

La pandémie nous montre une chose : en Suisse du Nord-Ouest, nous devons nous impliquer encore plus en faveur de la croissance et du développement de la région frontalière trinationale. À l'avenir, nous aurons besoin de solu-tions innovantes et taillées sur mesure pour la région frontalière. En tant que partenaire suisse, la Regio Basiliensis entend œuvrer à la coopération dans le Rhin supérieur par ses idées et ses suggestions et faire office de plate-forme d'échange et de mise en réseau. Cette coopération et ces plates-formes doivent être significativement renforcées et développées. De plus, les particularités et les préoccupa-tions spécifiques de la région et de ses habitants doivent être rapportées avec encore plus de vigueur à Berlin, Paris et Berne. Toujours selon le même mot d'ordre : en tant que région, notre force réside dans nos actions et notre repré-sentation communes.

Contact :
Regio Basiliensis, Dr. Kathrin Amacker, Présidente, Tel. 061 915 15 15, info@regbas.ch

Télécharger en pdf

Retour